Der des der au soleil de Thaïlande...

Publié le par Ophelie

 

Il s’est fait attendre, cet article, mais il est là, la dernière quinzaine, un final en beauté… On vous avait laissés à la frontière cambodgienne, pour un retour en Thaïlande où nous attendaient ma soeurette et son chéri. Nous avons donc CIMG2269rejoint Bangkok, Seb et Chloé, fraichement débarqués de l’avion, pas si frais que ça… Petite soirée de retrouvailles tranquille autour de quelques Singha beers, bien fraiches,  avant de sauter dans le bus pour Pak Chong dès le lendemain matin. Objectif : un jour et demi de ballade autour et dans le parc naturel de Kao Yai, Fab et moi l’avons déjà fait quatre ans plus tôt, mais on a adoré, donc on y retourne ! La guesthouse nous envoie son chauffeur à la descente du bus, et nous avons juste le temps d’avaler un échantillon d’une des meilleures cuisines thaïlandaises que j’ai goûtée jusque là (et je thailande-fin 6840commence à en avoir au palmarès…). Et on part pour une petite baignade sous la pluie dans des sources avant de rejoindre les grottes et d’en apprendre un peu plus sur la religion bouddhiste et la vie des chauves-souris. Y’en a qui se sont sentis à l’aise en présence des habitants de la grotte (cf photos), y’en a un autre (je ne citerai personne…) qui a marché courbé par peur des chauves-souris accrochés à quelques mètres au-dessus de nos têtes, et puis y’en a qui ont été tellement enthousiastes qu’ils ont sauté et hurlé dans tous les sens, faisant fuir tout ce qui bougeait autour d’eux… et ceux-là, à la différence du précédent, ils nous ont moins fait rire ! On ne choisit pas son groupe, mais on prie quand même un peu pour ne pas être avec eux dans le parc le lendemain, sinon adieu notre expérience façon Gorilles dans la brume! Après un autre délicieux repas, on se couche tôt, car le lendemain est une longue journée !

 

Après le petit-dej, les groupes sont formés, et soulagement, on se retrouve avec une sympathique famille française et DSC02237leurs trois enfants, alors que nos Hollandais surexcités forment un bruyant groupe que nous allons vite semer. On embarque en direction du parc en compagnie de notre guide, Nine, le même qu’on avait eu il y a quatre ans, et qui est juste génial. Il est bien content de savoir que nous avons tellement aimé notre premier séjour qu’on y revient et déploie tous ses talents pour nous faire passer une belle journée d’exploration au milieu de la jungle : biches, lézards, macaques, calaos, et même éléphant sauvage, tout cela au son du chant des gibbons, une journée magnifique qui s’achève autour de quelques bières, et surtout de plats incroyablement bons offerts par nos hôtes pour nous remercier de notre retour parmi eux. Qui a dit que l’accueil chaleureux thaïlandais n’est plus ce qu’il était ? Ah oui, c’est moi, et parfois, ça fait du bien de rencontrer des gens qui nous font un peu mentir…

 

 

thailande-fin 7090

 

P1060039Et le lendemain, c’est le retour sur Bangkok. On opte pour le train, histoire de varier les plaisirs, mais les chemins de fer thaïlandais sont un vrai reflet du rythme asiatique : une heure de retard annoncée, puis deux, puis on décide de prendre encore une fois le bus ! On rejoint la bruyante Kao San Road, faisons quelques emplettes en prévision d’un séjour sous les cocotiers, et sautons dans un bus en fin de journée, direction (encore une fois pour moi…) Koh Tao, ses plages, ses eaux poissonneuses et ses bars reggae…

 

On aborde l’île de la tortue après une longue nuit, entrecoupée de pauses nourriture, d’un arrêt en plein milieu de nulle part pour attendre un transfert sans avoir aucune idée de où nous sommes et quand nous pourrons repartir, une pause à la gare ferroviaire de Chumphon ( ???), un autre transfert, et enfin la traversée en bateau qui nous amène à bon port. Le club de plongée est venu nous chercher, nos bungalows aux rasta-bar, tenu par une famille thaïlandaise qui vaut le détour, sont réservés, et on passe notre première journée vaseux, mais heureux : plages, cocotiers, soleil, mer bleue, Chloé et moi attaquons nos quelques jours de farniente avec une sieste au bruit des vagues pendant que les mecs partent en exploration dans les rochers. Un coup de fil à ma copine espagnole Imma, qui nous annonce une grosse fiesta le soir même, mais après la nuit dans le bus, Chloé et moi, on n’est pas très partantes, d’autant plus que nous avons réservé deux plongées le lendemain matin, et Chloé et Seb attaquent la théorie du premier niveau dans l’après-midi. Mais ça, s’était sans compter sur les mecs : après un repas de poissons et fruits de mer, ils nous traînent jusqu’au Castle, la boîte de P1050944Koh Tao à l’ambiance caliente… mais en début de soirée, on est loin d’y trouver une quelconque ambiance : il en faut plus pour les dissuader, et on se retrouve dans la boîte quasi-déserte. On attaque fort avec les seaux de cocktails en promo, et on en profite pour faire connaissance avec les locaux perdus au milieu du vide : Seb, en mode socialisation, sympathise avec un groupe de thaïlandaises survoltées, pas effrayées par le fait qu’il n’y ait absolument personne autour de nous, et c’est le début d’une série de photos décalées de la soirée…

On continue en compagnie de la nouvelle amie de Seb, rebaptisée Mix-Mix à cause de sa tendance à mélanger ses seaux de boissons avec les nôtres, au milieu d’une boîte qui se remplit peu à peu, faisant monter l’ambiance de quelques crans d’un coup. Lorsqu’Imma arrive, on est déjà bien en forme, et on finit la soirée tant bien que mal, avec un retour aux bungalows très tôt le matin plutôt laborieux pour certains (j’ai enlevé les images compromettantes, mais nos proches ont déjà eu les échos…)

 

P1050922

 

 Réveil difficile le lendemain, on a loupé la plongée, on a mal à la tête, on a perdu quelques effets personnels, mais à l’arrivée, on s’est quand même bien régalé ! Et puis retrouver ma sœur et mon beauf’ à l’autre bout du monde, ça valait P1060069quand même bien une soirée en bonne et due forme… Bon, on va mettre quelques jours à s’en remettre, mais de toutes façons, à Koh Tao, on n’est pas stressés, et on enchaîne sur des journées de plongée (horrible, visibilité quasi-inexistante, sale, nul, deux…), des petites siestes à la plage, des soirées au reggae bar, au goût de fruits de mer ou poissons, de Singha, de Mojitos  ou de Caipirinhas, et au son du grand reggaeman français Pier Pol P1060067Jak… (Mais qui a fait ça ? Qui a exporté Pier Pol Jak jusque là-bas ? Qu’il soit à jamais maudit !) On profite du dernier jour, une fois que Chloé et Seb ont leur niveau de plongée en poche, et qu’on a renoncé à apercevoir quoi que ce soit sous l’eau, pour louer des scooters (même pas peur, je ne vais pas me vautrer deux fois au même endroit quand même…) et on part à l’assaut des points de vue et des plus belles criques de l’île : aperçu des  îlots de Koh Nan Guyan, puis Thanote Bay, ou encore Ao Leuk, succession de vues à couper le souffle et de plages paradisiaques, avant de finir la soirée à Sairee Beach, au nord de l’île, pour un dernier resto recommandé par Imma : le King Crab, ambiance pieds dans l’eau et visage au vent, où on s’offre un festin de daurades, calamars, et homards, pour oublier que le lendemain, on quitte ce petit paradis…

 

DSC02433

 

                Et on quitte l’île sous la pluie, ce qui rend le moment un peu plus facile, et on rejoint le continent, où on va laisser filer Chloé et Seb vers Bangkok. Nous, on a décidé de faire un stop à Hua Hin, station balnéaire pas trop loin de la capitale, pour passer la dernière soirée de Fab au bord de la mer. Hua Hin, c’est atroce, la Grande Motte de la côte thaïlandaise, mais pour les quelques heures qu’on y passe, c’est pas très grave. Anticipant la dure fin d’un voyage où se sont enchaînés les dégustations de fruits de mer et de poissons, on continue sur la même lancée, et on profite du marché et de ses restaurants à fréquentation locale pour faire encore une fois plaisir à notre corps… avant de reprendre le lendemain un minibus pour Bangkok, d’où Fabien décolle le soir même. Pour moi, c’est la toute dernière thailande-fin 7150ligne droite, les deux derniers jours de cette année de vadrouille, que je passe un peu comme à la maison, dans ma guesthouse habituelle, c'est-à-dire chez le Coréen de Rambuttri (petit clin d’œil à tous ceux avec qui j’ai séjourné là-bas : Marion, Marie, Emilie, Romain, Valérie, Fabien, Chloé et Seb, et tous les autres que j’ai croisés et que j’y ai traînés…). Bangkok a été le « hub » de mon séjour asiatique, là où j’ai fait tous mes arrêts, profitant du confort du ghetto touristique pour faire le plein de vêtements, me faire épiler et masser, me gaver de muesli et de jus de fruits frais, et c’est encore une fois ce que je fais pendant ces deux jours. Je profite quand même du week-end pour aller dépenser mes derniers bahts au marché du week-end, le plus grand du pays, vaste bazar où tout est vendu pour un prix dérisoire, des perruques aux chiots de compagnie, en passant par les bouddhas de tout style et toute époque ou encore les étoiles de ninja… Il me faudra cinq heures pour acheter n’importe quoi, me faire inviter à manger une soupe au contenu non-identifié par un petit couple de vieux thaïlandais charmants, et retrouver difficilement la sortie. Un dernier massage, un dernier jus de fruits, une dernière bière, tout rentre dans le sac à dos (et là, ça tient du miracle…), une petite larme ravalée quand je dis au-revoir au papy coréen, et direction l’aéroport. Plan de vol : Bangkok-Helsinki-Londres, un petit arrêt rapide et une visite à ma copine Léo, puis retour sur Genève. Mais le système informatique de l’avion en décidera autrement : trois heures de retard, puis une autre heure de retard pour demander une autre autorisation de survol de l’Afghanistan, la première ayant expiré, une correspondance pour Londres loupée à quelques minutes, huit heures d’attente pour le prochain vol pour Londres (soit une arrivée à 17 heures pour repartir le lendemain matin, donc même pas le temps de profiter de Léo…), une grosse gueulante au bureau des transferts, et un re-routage sur Genève en sautant l’étape Londres. Et voilà, retour à la maison !!!

 

                Cet article s’est fait attendre, j’ai repoussé, repoussé, me trouvant plein d’excuses (pas le temps, pas les photos de ma sœur, j’attends le mauvais temps, ça ramènera un peu de soleil, etc…), mais la vérité, c’est qu’il est dur de poser le point final de cette année. Même si le retour s’est bien passé, et que je me suis bien réacclimatée à ma petite vie, il faut refermer définitivement la parenthèse sur cette année de vadrouille, de nature, d’insouciance, de soleil, de rencontres, de sourires… Je vais juste terminer pour l’instant avec un grand merci à tous ceux  qui ont rendu cette année possible, à ceux qui m’ont suivie, même de loin, à ceux qui sont venus me voir au bout du monde, et  à tous ceux que ma route a croisés et qui ont contribué à en faire ce qu’elle a été.

 

Merci à tous pour ce bout de chemin !

 

 


Publié dans Thailande

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laurence 11/11/2010 18:04



Merci pour cette année de voyage que tu nous as fait partager !!!!!


A quand l'édition de ton blog en livre ?


Mais je suis vraiment heureuse que tu sois rentrée


Je vous embrasse tous les 2 très fort



Valérie 31/10/2010 23:24



Ça fait plaisir de lire les dernières lignes de ton voyage... et de voir que tu as débuté la suite avec ton énergie habituelle. Bonnes nouvelles aventures !!!


 



Ophelie 20/01/2011 09:48



A toi aussi! Et merci d'avoir partagé un bout de mon rêve! A bientôt, miss...



Mike et Lulu 28/10/2010 09:21



Merci à toi pour nous avoir fait partager jusqu'à la dernière minute ce fabuleux voyage et à dans quelques semaines pour voir les photos (surtout celles bien compromettantes !!!) et
parler de ça autour du bonne coupe de champagne (Dans le verre cette fois ;o)) Bisous à vous deux



coco 27/10/2010 23:46



lol je ne l'attendais + cet article, mdrrrr. ms ça fait du bi1 de le lire m^ si j suis trop contente ke tu sois à nouveau parmi ns :-)


enormes bisous à vs 2 et à très vite ;-)